Le chauffage en Europe

Répartition des foyers équipés d’un chauffage électrique

Il y a 200 millions de logement en Europe et environ 80% de ces logements sont équipés d’un système de chauffage organisé qui permet de chauffer plusieurs pièces et fonctionnant sur une même source de chaleur. Les 40 millions restants sont chauffés de différentes façons : poêles, cheminées, radiateurs électriques, et autres… Ils sont situés dans des pays dont le climat est plus chaud comme l’Espagne, l’Italie et le Portugal. 60% des ventes sur le marché européen sont représentés par les produits neufs et le remplacement des vieilles chaudières.

Etat des lieux pour les systèmes de chauffage européens

Comparaison entre la France et l’Espagne, le Royaume-Uni, la Suède, l’Allemagne et l’Italie

Le chauffage individuel à eau chaude est le système de référence en Europe. De plus en plus de logements utilisent ce système (9 logements sur 10 au Royaume-Uni, 3 sur 4 aux Pays-Bas et plus de la moitié en Belgique et en Italie). Enfin, – de 20% des logements utilisent encore des solutions de chauffage collectif et la part du chauffage urbain tend à se stabiliser à environ 10% des logements, avec toutefois un fort développement de la géothermie, comme c’est le cas dans les pays scandinaves. Il est important de prendre en compte l’impact environnemental des différentes solutions de chauffage avant de pouvoir statuer sur leur utilité.

La France accorde beaucoup d’importance à l’utilisation du nucléaire. Elle arrive largement en tête avec 25% de son parc de logements existants utilisant comme source principale l’électricité (soit quatre fois plus que la moyenne européenne) et 70% des logements neufs. La France est ainsi le seul des grands pays européens où la part du chauffage électrique direct s’accroît. La France accuse donc un retard dans l’utilisation des nouvelles technologies (condensation, solaire, PAC et bois/biomasse). La part des ventes de ces nouvelles technologies est seulement de 33% en France alors qu’elle est de 56% en Europe. La France justifie la forte utilisation du chauffage électrique direct par des arguments écologiques. L’électricité utilisée pour le chauffage en France est produite par le nucléaire qui est un faible émetteur de CO2. Pour autant, le nucléaire ne suffit pas à faire face aux pics de demandes d’électricité en hiver, assurés alors par des centrales hydrauliques et des centrales thermiques qui sont quant à elles productrices de CO2. Nous pensons chez qu’il est plus intéressant de trouver un équilibre entre le chauffage à eau chaude et le chauffage électrique.

Carte_Soleil_Europe.jpeg

Les chaudières à condensation, les pompes à chaleur et les chaudières à bois ou biomasse sont des solutions économes qui connaissent des succès différents selon les pays. Par exemple, la condensation peut aller de 1% des matériels vendus en Espagne à 95% de ceux commercialisés au Royaume-Uni où elle est devenue obligatoire en 2005, elle est de 24% en France. Les pompes à chaleur, quant à elles, connaissent un développement soutenu en Allemagne et en France. La tendance est identique pour le chauffage au bois ou à biomasse, avec cependant une croissance dépendante de la disponibilité en bûches et granulés. Le solaire thermique est lui aussi implanté de manière très disparate : 40% des capteurs européens se trouvaient, en 2004, en Allemagne, suivie par l’Italie et la France, mais il reste sous-développé au Royaume-Uni (2,3%). Parmi les solutions d’avenir, la micro-cogénération arrive sur les marchés en Allemagne et au Royaume-Uni et les piles à combustible sont attendues à l’horizon de la prochaine décennie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *