Le chauffage au bois du Centre

L’énergie renouvelable de demain !

On évoque souvent le chauffage au bois comme l’une des solutions de chauffage les plus écologiques grâce aux dernières innovations en la matière. Pour parvenir à l’objectif gouvernemental de 50% d’énergies renouvelables utilisées pour la consommation énergétique française, il est important que se développe des initiatives locales pour montrer la voie. C’est chose faite avec le premier réseau de chaleur essentiellement alimenté au bois qui verra le jour à Aurillac en 2019. Effet d’annonce ou réel projet environnemental comme le réseau de chaleur toulousain ?

Un autre mode de vie

Disons le d’entrée, le réseau de chaleur ne permet pas d’alimenter l’ensemble des habitants de la commune malgré son emprise tentaculaire de 15 kms. Le système se compose d’une chauffagerie à alimentation en bois accompagnée de deux chaudières de secours au gaz. Le processus est relativement simple puisqu’il consiste à réaliser la combustion de 17000 tonnes de produits dérivés bois afin de permettre la montée en température de l’eau. Celle-ci est ensuite envoyée directement aux quinze copropriétés et autres bâtiments publics qui disposent tous d’un système de radiateur hydraulique et collectif. Il n’est pas possible avec cette méthode de pouvoir alimenter individuellement l’ensemble des pavillons individuels et autres cas particuliers. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas moins de 3500 logements qui vont être intégrés à ce réseau de chaleur encore unique en France en remplacement des radiateurs à inertie.

En fonction des résultats de cette expérimentation, surtout de l’engouement des professionnels pour se raccorder au réseau, il est prévu de développer de manière exponentielle le nombre de clients connectés durant les vingt-quatre ans d’exploitation accordés par la commune d’Aurillac à Engie Cofely. La mise en place d’un tel réseau, même automatisé, assure la création de treize emplois pour assurer la maintenance quotidienne et s’assurer de la bonne marche de ce chauffage géant. Il faudra attendre quelques hivers pour bénéficier d’un retour positif ou négatif sur ce réseau de chaleur comme dans le cas de la route calorifique.

Votre avis nous intéresse, seriez-vous prêt à vous inscrire à ce type de programme ? Si non, pourquoi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *